Paix en Terre Sainte et au Proche Orient

Gottfried Hutter, théologien, psychothérapeute, auteur de l’initiative pour la paix, fondateur et président de l’association Temple-Project

 

 

 

Précis :

Sans religion, de manière purement laïque, il n’y a pas de solution * Il faut de l’empathie et non de l’accusation * Les Juifs doivent ressentir la douleur des Musulmans * L’empathie des Juifs va émouvoir les Musulmans * Avec une miséricorde nouvellement suscitée les Musulmans vont également rencontrer leurs frères dans la Foi *Avec  la miséricorde musulmane on peut obtenir la Paix dans tout le Proche Orient *  Il faut le retour aux racines de l’Islam * Les Juifs en tant que protégés de l’Islam ont vécu en paix avec les Musulmans pendant 1300 ans * j'avais demandé en 2010 * Persécution des Juifs en Occident et la fin de l’Empire ottoman conduisant à l’Etat d’Israël *Une cérémonie de réconciliation selon l’exemple du père fondateur peut aplanir le chemin vers la paix * Les guides des Musulmans, Juifs ainsi que des Chrétiens peuvent tracer ce chemin

 

Sans Religion, de manière purement laïque, il n’y a pas  de solution

De grandes parties du Proche Orient se trouvent aujourd’hui en tumulte. Pour cette raison, ce qui va être évoqué dans les paragraphes qui suivent, peut sembler  comme étant loin de la réalité à bon nombre de personnes. Cependant, un regard plus en profondeur va montrer qu’il s’agit là du cœur de l’affaire : le conflit qui prit naissance quand une entité étrangère, non-islamique, à savoir Israël, fut plantée au cœur de l’Oumma musulmane.

Ni cela ni les étapes ici proposées ne sont conformes à la vision du monde strictement laïque présentée comme la seule vraie par les Médias et les acteurs politiques de l’Occident. Or, cette vision du monde purement laïque, n’est-elle pas complètement étrangère à la plupart des gens du Proche Orient ? N’est-il donc pas temps de respecter ceci et de redécouvrir le potentiel pacifique de la Religion,  à savoir celui des grandes traditions abrahamitiques de la Bible et du Coran, non-exploité jusqu’à présent ? Les Chrétiens, ne devraient-ils pas, dans ce cas, recommander  le chemin biblique de la réconciliation plutôt que de défendre le point de vue purement laïc de la politique occidentale qui peine à comprendre le noyau du conflit ?

 

Empathie au lieu d’accusation

Jusqu'à ce jour, aucune des parties en conflit ne semble être vraiment intéressée par la paix, car malgré toute l’horreur et la souffrance vécues, les deux partis se sont principalement focalisés à rejeter la faute l’un sur l’autre – ou sur un tiers.

Seulement si les deux partis prennent eux-mêmes la responsabilité, la paix va être possible.

Pour arriver à la paix en Terre Sainte, les deux partis seront obligés de montrer de l’empathie.

Messieurs les Décideurs religieux des Juifs et Musulmans, vos adeptes écoutent votre voix. Veuillez exhorter vos adeptes à ressentir la douleur du parti adverse.

Messieurs les Décideurs religieux des Musulmans, veuillez exhorter vos adeptes à pratiquer le courage et la générosité de la grande tradition de l’Islam et à ressentir la douleur que les Juifs éprouvaient à l’époque quand la Société des Nations mandata les Britanniques à préparer une nouvelle patrie pour les Juifs en Palestine. Agir de cette sorte serait un pas vers la paix  et véritablement nécessaire.

Persécutés dans toute l’Europe longtemps avant l’Holocauste, les Juifs avaient urgemment besoin d’un endroit où ils pouvaient vivre en sécurité. Et de nouvelles vagues d’antisémitisme de nos jours montrent que le danger n’est pas encore passé ; probablement il ne le sera jamais.  Les Juifs doivent demander de la compréhension à l’Oumma musulmane. Ils doivent lui demander un geste de bienvenue – dans leur patrie biblique historique. Côté juif, formuler cette demande serait un pas important vers la paix.

Aussitôt que les Musulmans seront capables de ressentir la douleur des Juifs, il sera tout à fait  naturel pour l’Oumma musulmane de souhaiter la bienvenue à ses frères et sœurs juifs – « au nom de Dieu, le clément et miséricordieux », « bismillâhirrahmânirrahîm ».

 

Les Juifs doivent ressentir la douleur des Musulmans

Tout en exprimant leur besoin d’un endroit où ils peuvent vivre en sécurité, les Juifs doivent aussi ressentir la douleur que les Musulmans ont dû éprouver quand les Juifs se sont étendus sur le territoire qui avait été leur patrie biblique mais qui, entretemps, depuis plus de mille ans, fut sacré à l’Oumma musulmane. Seulement si les Juifs peuvent ressentir cette douleur des Musulmans, ils seront capables d’une vraie empathie. Et puis, ils verront la nécessité d’exprimer ce discernement – au nom de leur père « Israël », qui dans un acte de réconciliation magnanime s’est montré conforme à l’appel d’Abraham. Quand l’Etat d’Israël a été fondé, les Juifs étaient trop en révolte pour appréhender de pleine mesure l’impact que ce mouvement de masse à la recherche d’un refuge avait sur d’autres. Mais aujourd’hui ils sont dans une position dans laquelle ils peuvent se permettre de ressentir la blessure que représentait l’implantation de l’Etat d’Israël dans l’Oumma musulmane.

Le nom d’ « Israël » donné à leur nouvel état, leur rappellera pour toujours la réconciliation qui avait sauvé la vie à leur aïeul Jacob il y a des milliers d’années.

La Bible (Genèse 32,23-33,4) nous raconte que Jacob a reçu le nom  d’« Israël » avant de retrouver son frère Esaü après de longues années en exile. Jacob avait dû s’enfuir, son frère Esaü voulant le tuer étant donné qu’il avait obtenu par ruse la bénédiction de son père initialement prévue pour Esaü. Même après plus de deux décennies, Esaü voulait encore tuer son frère. Pour cette raison, il attendait Jacob avec 400 mercenaires !

La nuit avant de se confronter à son frère, Jacob la passait  dans la solitude et dans la  prière.  En anticipant la bataille avec son frère, Dieu l’impliqua dans une lutte avec lui-même. La lutte devint tellement intense que Jacob se luxa la hanche, et qu’il allait boiter à partir de ce jour-là. Apparemment, cette expérience lui a aussi montré de quelle manière il devait arriver devant son frère ennemi. Pour ce discernement, Dieu donna à Jacob un nouveau nom. C’était« Israël » qui avait mené un combat avec Dieu et avait réussi.

Le lendemain, quand Jacob était en face de son frère, il lui fit sa révérence sept fois. Esaü fut tellement ému par ce geste, qu’il oublia ses soldats. Il se pencha vers son frère, le souleva à son hauteur, l’embrassa et le caressa.

C’est le grand archétype biblique pour ce qui doit se passer aujourd’hui entre les deux peuples frères, les Juifs et les Musulmans.

 

L’empathie des Juifs va émouvoir les Musulmans

A l’instar de cet exemple  biblique, les Juifs doivent montrer de l’empathie pour les habitants du pays dont ils ont pris possession.

L’empathie des Juifs, à l’inverse, va susciter l’empathie des Musulmans, et  lOumma musulmane sera capable de souhaiter la bienvenue aux Juifs.

L’Oumma ne peut se soumettre à la puissance militaire d’Israël, mais elle peut sûrement  se montrer miséricordieuse  à l’égard des Juifs qui craignent pour leur existence encore aujourd’hui Et la miséricorde islamique va amener les Musulmans à ne pas  soumettre les Juifs à la souveraineté musulmane ; avec la miséricorde islamique les musulmans vont partager leur espace avec les juifs – même l’espace de al Haram ash Sharif !

 

Avec  une miséricorde nouvellement suscitée les musulmans vont également rencontrer leurs frères dans la Foi

Et avec ce renouvellement et l’apogée de la miséricorde islamique, des chemins pour des arrangements pacifiques avec les autres confessions islamiques vont s’ouvrir. Avec la miséricorde islamique les différents groupes musulmans vont se souhaiter mutuellement la bienvenue en tant qu’enrichissement au lieu de voir les autres comme une menace. Ainsi les Musulmans vont suivre le commandement coranique de la noble rivalité dans la vertu (Soura 5,48). Et en rivalisant dans la vertu, chaque groupe peut partager son espace vital également avec tout autre groupe islamique – à partir du moment où cette priorité théologique donnée dans  le Coran soit à nouveau reconnu et s’applique pour le principe de la Miséricorde.

 

Avec la miséricorde musulmane on peut obtenir la paix dans tout le Proche Orient

De cette façon on peut obtenir la paix – la paix avec Israël et aussi la paix entre les Sunnites et les Chiites et avec les autres groupes musulmans. Avec la miséricorde islamique la paix devient une possibilité réelle pour tout le Proche Orient.

Messieurs les Dignitaires religieux, veuillez choisir le chemin vers la paix comme votre suprême devoir.

Si un vivre ensemble pacifique des religions avait été possible en Andalousie et dans l’Empire Ottoman, et si maintenant, après des siècles d’hostilités, ceci est devenu évident en Europe, pourquoi alors ne devrait-il pas possible dans l’espace islamique ?

Avec la miséricorde islamique  on peut obtenir la paix dans tout le Proche Orient. Les rois musulmans peuvent y arriver en en faisant leur affaire du cœur.

J’espère vraiment que je serai écouté à ce sujet personnellement par Roi Abdullah II de Jordanie, Roi Mohammed VI. De Maroc et Roi Salman de l’Arabie Saoudite.

 

Le retour aux racines de l’Islam

L’Oumma islamique, ne dit-elle pas pour elle-même de retourner à l’essence profonde de l’Islam, à la miséricorde islamique ? Et ceci, n’est-ce pas exactement le retour aux racines de l’Islam désiré  depuis longtemps par tous ?

Avec  la miséricorde islamique la paix avec Israël et la paix dans  l’Islam devient une option réelle.

 

Pendant 1300 ans, les Juifs et Musulmans vivaient en paix en tant que protégés de l’Islam

Et je vous demande également de considérer ceci : Pendant 1800 ans, il n’y avait pas eu de tentative juive de recoloniser patrie biblique historique. L’occasion de le faire ne s’était tout simplement pas trouvée et cela n’était pas non plus nécessaire.

Jusqu’à l’arrivée du Sionisme, les Juifs pouvaient vivre en paix même parmi des Musulmans en acceptant le statut que le droit islamique de la Charia avait prévu pour eux, à savoir en tant que dhimmis , c’est-à-dire en tant que protégés de l’Oumma musulmane. Mais en tant que protégés ils ne pouvaient pas prendre en possession leur  patrie biblique d’antan car elle était dorénavant en possession de leurs protecteurs. Et ils ne pouvaient pas reconstruire leur sanctuaire historique, à savoir le Temple, car sa place était occupée par un des plus grands sanctuaires de l’Islam, le Haram ash Sharif, le Noble Sanctuaire, la Mosquée Al Aqsa. Ceux considérant ceci comprennent tout de suite l’attitude fondamentale de beaucoup de Musulmans envers Israël – même si de nos jours ce n’est pratiquement que l’Iran qui l’articule de manière claire.

 

Persécutions des Juifs en Occident et la fin de l’Empire Ottoman conduisant à l’Etat d’Israël

L’occasion pour fonder un propre état fut seulement trouvée quand, après la Première Guerre Mondiale, l’effondrement de l’Empire Ottoman avait produit un vide de pouvoir – juste à une époque où la persécution des Juifs en Europe devenait de plus en plus intolérable.

Dans cette niche, la Société des Nations mandata les Britanniques à préparer une nouvelle patrie pour le peuple juif. Et après l’Holocauste et la Deuxième Guerre Mondiale, l’ONU ordonna la séparation de la Palestine  en  en attribuant aux Juifs une partie. Préparé par des idées sionistes les Juifs  purent  alors saisir cette opportunité et proclamer leur propre état.

L’Oumma musulmane ne pouvait, bien évidemment, accepter ceci. La Charia n’autorisait pas d’état juif indépendant sur le territoire musulman. L’Oumma ne voyait donc pas d’autre possibilité que de réagir militairement à la fondation de l’Etat d’Israël.

Les Juifs ne voulaient, en toute logique, pas renoncer à ce qu’ils venaient d’obtenir. Au contraire, dans la Guerre de 1948 ils ne pouvaient non seulement confirmer l’Etat israélien mais même étendre son territoire – obtenu aussi en chassant 750 000 Palestiniens. Des tentatives répétées du côté musulman pour renverser la tendance avait comme résultat l’occupation totale des territoires palestiniens en 1967.

Cela ne pouvait bien évidemment pas motiver les Musulmans à souhaiter la bienvenue aux Juifs, cela renforçait leur rejet. L’hostilité entre les deux côtés s’intensifiait. Et les deux  intifadas suivis plus tard ne pouvaient pas motiver les Israéliens à laisser aux Palestiniens  leur indépendance ; ils n’ont conduit qu’à la construction d’un mur de séparation contre eux par le gouvernement israélien ce qui rendait la vie des Palestiniens encore plus dure. Et cela non plus n’était propice à souhaiter la bienvenue aux Israéliens.

De l’autre côté, Israël n’est pas disposé à  courir  quelconques risques. La sécurité garantie est leur condition préliminaire pour la paix. Mais comment pourrait-on obtenir cette sécurité ?

 

Une cérémonie de réconciliation selon l’exemple du père fondateur peut aplanir le chemin vers la paix

Je pense que seulement la miséricorde islamique peut garantir cette paix ! Mais qu’est-ce qui pourra faire émerger la miséricorde islamique nécessaire ?

Je pense que les Musulmans peuvent retrouver la miséricorde islamique s’ils ressentent la douleur des Juifs qui a débouché sur le projet sioniste de ces derniers. Mais je pense aussi qu’il serait beaucoup plus facile pour les Musulmans de souhaiter la bienvenue aux Juifs dans ce pays si Israël leur offrait une cérémonie de réconciliation qui rappelle la réconciliation de leur père fondateur Jacob/Israël avec son frère Esaü.

 

Les guides des Musulmans, Juifs ainsi que des Chrétiens peuvent tracer ce chemin

Afin que cela devienne possible, Messieurs les Guides des Musulmans, veuillez demander à vos adeptes de ressentir la douleur et la peur qui  furent le mobile de l’entier projet sioniste.

Et ensuite, Messieurs les Leaders des Musulmans, veuillez recommander au gouvernement d’Israël d’honorer dûment le nom d’Israël et d’organiser une cérémonie de réconciliation adaptée au contexte d’aujourd’hui en mémoire du retour de leur père Jacob de son exile – même si cet événement n’est pas mentionné dans le Coran.

Veuillez vous baser sur cette histoire biblique qui décrit le nom d’ »Israël » comme un symbole pour la capacité d’Israël d’éprouver la plus grande empathie.

Veuillez demander à Israël de montrer cette empathie aujourd’hui.

Et veuillez recommander cette démarche aux majestés du monde de l’Islam, au Roi Abdullah de Jordanie, au Roi Mohammed du Maroc et au Roi Salman de l’Arabie Saoudite. Veuillez recommander aux majestés de ressentir les douleurs des Juifs car ces douleurs ont conduit à l’implantation de l’entité étrangère d’Israël au cœur de l’Oumma.

Dès que  les douleurs des deux côtés seront prises en compte dans toute leur dimension, il n’y aura plus d’ennemis. Comme corollaire, il y aura des mesures adaptées pour faire disparaître les douleurs du passé sans causer d’autres souffrances.

 (30/8/2015)

 

 

Information et Contact : www.Tempel-Projekt.de; gottfried.hutter@gmx.de

Veuillez adresser des dons déductibles d’impôts en Allemagne à : Tempel-Projekt e.V., IBAN : DE 93 7015 0000 1001 2410 31, SWIFT-BIC : SSKMDEMM