Une vision de paix interreligieuse

pour Israël/la Palestine

 

Remarque préliminaire : Cette vision n’est pas censée être réalisée à la lettre ; la présentation de tableaux représentant une solution possible a comme but de faire réfléchir et d’évaluer la situation sous un autre angle. L’imagination et les sentiments des gens des deux côtés doivent circuler à nouveau si on veut que le statu quo soit surmonté. C’est seulement à ce moment-là que l’on trouvera une solution susceptible de satisfaire tous les partis.

 

C’est par l’établissement d’un état juif dans un pays foncièrement islamique, selon les musulmans, qu’un conflit est né qui fait résistance à tous les efforts pour trouver une solution et qui est devenu entretemps presque un conflit est-ouest.

Après des décennies de confrontation avec les religions du Moyen Orient, je pense, que des tentatives purement politiques ne pourront suffire pour solutionner ce conflit, car le cœur de ce conflit n’est pas politique. C’est un conflit des identités reliées toujours à l’histoire intégrale des peuples – ensemble avec les narratives – et qui pour cette raison vont beaucoup plus en profondeur qu’aucune idéologie politique. Par conséquent, le dessous du conflit est plus profondément religieux que l’on pourra penser.

Beschreibung: Beschreibung: Beschreibung: Wiederbelichtung von Old City aerial from north2, tb q010703 Ausschnitt

©“Pictorial Library of Bible Lands”, vol. 3, www.bibleplaces.com

LES LIEUX SAINTS A JERUSALEM ENTRE LE MONT DU TEMPLE/HARAM ASH-SHARIF ET L’EGLISE DU SAINT SEPULCRE

C’est particulièrement les gens qui se voient comme laïques qui devraient en tenir compte. Il s’agit finalement d’une querelle entre frères parmi les enfants d’Abraham, le père commun des Juifs, Musulmans et Chrétiens.

Cette querelle entre frères se révèle précisément dans le cadre du conflit autour du Mont du Temple à Jérusalem qui semble être le cœur symbolique de l’entier conflit du Proche Orient. Etant donné que ce petit terrain est relié aux identités de centaines de millions de gens, les causes de conflagration  y contenues sont pratiquement inépuisables. Et, il me semble  que tant que ce conflit n’est pas résolu le Proche Orient entier ne pourra vivre en paix.

En ayant compris cela, le tableau d’une solution s’est imposé à moi tenant compte de la valeur du Mont du Temple à part égale, aussi bien pour les identités des  Juifs que des Musulmans : un lieu saint abrahamique collectif qui inclut le nouveau temple des Juifs.

Si certains Juifs objectent : nous n’avons pas besoin d’un nouveau temple à l’heure actuelle, le Messie va l’apporter, je voudrais riposter : ce ne sont pas autant les Juifs qui ont besoin d’un nouveau temple juif mais ce sont les Musulmans : il se trouve, en effet, que depuis le retour des Juifs dans leur patrie biblique, beaucoup de Musulmans craignent pour leurs sanctuaires là-bas. Ils savent que leurs lieux saints se trouvent sur l’emplacement du temple historique et que pour cette raison, un jour, ceux-ci seront sacrifiés pour un Temple. Cela leur fait peur.

Et, enfin, c’est seulement un nouveau temple juif réel qui peut leur ôter cette peur.

Mon tableau de solution montre un chemin comment le rêve d’un nouveau temple peut devenir réalité pour les Juifs sans dépouiller les Musulmans.  Ainsi, toutes les trois religions abrahamiques vont sortir vainqueurs du conflit.

Et le monde se sentira soulagé car il sera enfin rendu possible ce dont la lutte contre le terrorisme est incapable : diminution des tensions et paix.

Comment y parvenir ?

La première condition pour cela c’est que les Juifs comprennent que dans ce conflit ils peuvent vivre leur vocation, à savoir être le peuple élu. Un peuple véritablement élu voudra avoir un effet salutaire dans une telle situation.

Dans leur rôle de guérisseurs les Juifs vont remarquer et reconnaître que les Musulmans s’emploient sérieusement à être à la hauteur du but qu’a poursuivi toute sa vie leur père commun, Abraham, à savoir obtenir la paix en se donnant à Dieu. En faisant cela, ils vont reconnaître dans les Musulmans leurs véritables frères et sœurs.

De la même manière, les Juifs vont apprécier les Chrétiens car ces derniers s’efforcent également de suivre l’appel de Dieu. Et ils sont donc au même titre leurs frères et sœurs authentiques.

Encouragés par ces connaissances profondes, les Juifs se verront attribuer une nouvelle tâche, à savoir opérer comme lien entre les enfants d’Abraham.

 

Et cela aura comme corollaire que la vision d’un nouveau  Temple change complètement : Puisqu’ils ont maintenant le rôle de médiateurs entre les enfants d’Abraham, ils ne verront plus forcément à tout prix l’endroit possible pour le nouveau temple sur le Mont du Temple où avaient été érigés les temples précédents, mais l’endroit à définir comme un pont entre les sanctuaires des Musulmans sur le Mont du Temple et le sanctuaire historique des Chrétiens, l’Eglise Saint Sépulcre – ou sur le mont Sion où il n’y a pratiquement pas de constructions aujourd’hui.

Et puisque les Juifs ont reconnu les Musulmans comme leurs véritables frères et sœurs, ils seront dorénavant capables de céder le Mont du Temple intégralement aux Musulmans – et ainsi envoyer un signe qui sera un signe d’Espérance pour le monde entier.

Probablement les Musulmans seront très émus par ce geste magnanime. Ils vont reconsidérer leurs relations et commencer à réfléchir sur la vieille loi de la Sharia obligeant les membres d’autres religions dans la sphère islamique de se soumettre à l’Islam. Ils vont consulter le Coran et trouver que  le surah 5,49 parle d’un « concours de vertu » entre les religions abrahamiques et incite les Musulmans à saluer la diversité des trois religions abrahamiques, même à l’intérieur du territoire islamique traditionnel. Et cela ouvre une perspective qui est totalement nouvelle : une paix durable sera dorénavant possible dans le cadre de la Sharia.

Dans le sens du concours de vertu, les Musulmans pourraient même avoir l’idée de mettre à disposition des Juifs l’endroit historique intégral afin que ces derniers y construisent leur Temple en prenant la décision de déplacer le « Dôme du Rocher », c’est-à-dire de le démolir et le reconstruire au même niveau au sud de l’Al Aqsa – ce qui n’est plus un problème technique aujourd’hui. La mission des Juifs dans ce scénario serait alors d’honorer tous les lieux au Mont du Temple qui ont une importance dans les récits du voyage nocturne du Prophète.

Si le Temple n’est pas construit sur le Mont du Temple les Musulmans devront remplir une autre mission importante : afin de réhabiliter le Temple dans sa fonction principale, à savoir d’abriter le Schechinah, la demeure de Dieu, on doit, selon Halacha, relier le nouveau avec les précédents. Pour y arriver, la pierre fondatrice (gigantesque) marquant un point précis sous le saint des saints devra  être déterrée au Mont du Temple et installée dans le nouveau lieu avec précision. – C’est le degré de bouleversement qui montrerait au monde que le nouveau site du Temple est dorénavant définitif et que les sanctuaires des Musulmans sont désormais à l’abri.

La décision des Juifs de devenir des guérisseurs marque le tournant. Etant donné que le Temple servira de toute façon comme pont entre les enfants d’Abraham la paix est déjà à portée de la main. En érigeant le Temple on créera un grand sanctuaire universel abrahamique confirmant ainsi l’unité spirituelle des trois religions  et représentant en même temps leur merveilleuse diversité.

Mais qu’est-ce qui se passe donc avec les représentants laïques de ces trois groupes culturels?

Il ne nous a  pas été révélé seulement à notre époque à quel point les identités définies de manière religieuse peuvent être fatales voire meurtrières si elles se considèrent comme exclusivement légitimes. Mais c’est justement le père fondateur des trois groupes culturels, Abraham, qui peut conjurer ce danger. Car c’est lui qui a laissé derrière lui sa famille, son pays et toute sa tradition afin de redécouvrir dans des circonstances entièrement inconnues, dans un pays étranger, la vérité sur la vie. Dans les membres laïques des trois cultures agissent aujourd’hui un pareil scepticisme et une confiance en la guidance intérieure semblable à celle d’Abraham. Eux aussi se méfient de la tradition parce qu’ils souffrent des problèmes engendrés par elle et c’est pourquoi ils cherchent eux-mêmes la vérité. En ceci, ils sont fidèles à l’aïeul des trois traditions. – Les laïques ne sont, bien sûr, pas de saints et beaucoup d’entre eux développeront également des identités dangereuses. Mais les laïques joueront un rôle important dans la solution du conflit en démontrant que le nouveau sanctuaire doit être un lieu de la conscience et non seulement un lieu reproduisant une tradition. Et le grand lieu saint abrahamique sera bel et bien un lieu de conscience parce qu’il réunit les traditions diverses des Juifs, Chrétiens et Musulmans et intègrera, en sus, ceux qui ont rompu avec ces traditions afin de découvrir eux-mêmes la vérité. Ce grand lieu saint sera donc un lieu d’une humanité fondamentale et engendrera, par conséquent, une véritable rédemption.

Jusqu’à présent, chaque chemin abrahamique individuel court le danger de devenir un chemin égoïste, et les gens qui le choisissent courent le danger de se laisser plonger dans leur douleur et dans leur orgueil pour désigner ensuite comme coupables les membres des autres chemins respectifs. Cependant, dans le lieu où tous ces chemins se rencontrent, à savoir dans le grand nouveau sanctuaire universel abrahamique tous peuvent voir leur source  commune et ont  ainsi la possibilité de vivre en paix ensemble.

GOTTFRIED HUTTER, Théologien, Historien, Munich , Tel. 089-4471 8971,

courriel : gottfried.hutter@gmx.de

Plus d’informations : www.temple-project.de.

Veuillez adresser vos dons déductibles des impôts en Allemagne à :

«Temple-Project Association», IBAN: 93 7015 0000 1001 2410 31, SWIFT-BIC: SSKMDEMM

Traduit de l'allemand par Gudrun Caliskan-Griessenauer